Home page > Immagini e Video > Immagini
FRONTIERES SUD (Sara Prestianni)
CANARIES (Sara Prestianni)
LAMPEDUSA (Sara Prestianni)
MELILLA (Sara Prestianni)

MELILLA, LAMPEDUSA, CANARIES où le regard d’une caméra arrive.

Un voyage dans les lieux de l’attente, de la survie, de l’expulsion, du désespoir, de la peur, de la solidarité et de la violence.

Un reportage qui parcours les « lieux symboles » de la frontière européenne : Melilla, les Canaries, Lampedusa. Les points d’arrivée de milliers de migrants chaque année. Les lieux où les cameras ont le droit d’accéder, pour filmer et témoigner de l’invasion de la forteresse Europe ainsi que de l’accueil de l’Europe « solidaire ». C’est seulement l’instant de l’arrivée qui nous est donné à voir, ni l’avant ni l’après. Les objectifs des appareils de photo arrivent difficilement sur les pistes qui traversent le désert, là où le trafic des êtres humains se méle à celui de la drogue et de la marchandise. Les yeux externes n’ont pas le droit de regarder ce qui se passe dans les salles du pouvoir où les accords bilatéraux se signent et où des pays qui violent les droits humains, tels que la Libye ou le Maroc, sont proclamés gendarmes de l’Europe. Aucun appareil de photo n’a eu le droit d’entrer dans les camps libyens où les témoignages des migrants parlent de viols massifs et de tortures quotidiennes, ni à Kidal ou à Durkou, ou des centaines des migrants sont refoulés au milieu du désert.
Les images s’arrêtent à l’arrivée, là où les migrants reçoivent les soins des associations humanitaires. Ce qui se passera ensuite dans les centres d’accueil, prisons fermées pour migrants, est interdit aux objectifs des photographes, les violences et le racisme sont couverts sous prétexte de secret d’Etat ! Et puis la suite, la procédure des demandeurs d’asile, la vie précaire, l’exploitation sur les lieux de travail, les maladies contractées en travaillant 15 heures par jour dans les champs de tomates, les centres de rétention, les rafles dans les rues européennes, les expulsions.
Tout cela n’apparaît pas dans les images qu’autorise l’Europe : celles qui parlent d’un nombre indéfini des personnes qui frappent aux portes de l’Europe; les raisons pour lesquelles elles le font et ce qui se passe après ne doivent pas figurer dans les journaux télévisés qui arrivent dans les maisons européennes.

Sara Prestianni mars 2008

Il progetto
Français
English

Interviste e racconti
Africa
Europa
Nord America
Sud America
Australia
Asia

Politiche migratorie e dispositivi di controllo
Interviste e documenti
Cronologia

Immagini e Video
Video
Immagini

Links
scritture migranti
escrituras migrantes
Passaparole Milano

Iscriviti alla Newsletter