Nella stessa rubrica

Communiqué de presse des retenus du CRA de Nîmes (France, 7 octobre 2011)

Prison pour étrangers de Vincennes, vendredi 23 septembre 2011 (France, septembre 2011)

DUPLICITÉ ET COMPLICITÉ ? ARRÊT DE LA RÉPRESSION CONTRE LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS ( Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), France, Juine 2011)

Communiqués du Collectif des Tunisiens de Lampedusa à Paris: occupations et manifestations (France, mai 2011)

Kamel, tunisien, 24 ans. Témoignage recueilli le 13 avril 2011 (France, avril 2011)

Témoignage du centre de rétention de Vincennes (France, mars 2011)

Incendie au centre de rétention de Marseille. Lettre des retenus (France, mars 2011)

Témoignages des prisonniers du centre de rétention du Mesnil-Amelot (France, janvier 2011)

Témoignage d’un sans-papier au Centre de rétention du Mesnil-Amelot (France, juin 2010)

Récit d’une expulsion dans un charter Frontex (avril, 2010)

Témoignages des prisonniers du centre de rétention du Mesnil-Amelot (France, janvier 2011)

Plusieurs témoignages recueillis le lundi 3 janvier auprès des prisonniers du centre de rétention du Mesnil-Amelot qui est situé à coté de l’aéroport de Roissy.

Le recueil et la diffusion de ces témoignages effectués plus ou moins régulièrement depuis janvier 2008, début d’une période de révolte qui durera 6 mois et aboutira à la destruction du centre de rétention de Vincennes, a pour but de faire connaître ce qu’il se passe à l’intérieur des centres à travers les propres récits des personnes qui y sont prisonnières.

1ère personne :

« Ce qui se passe à l’intérieur c’est comme d’habitude, tout le monde n’est pas content. La nourriture elle est pas bonne, la police elle respecte pas les gens. On est comme des animaux. Non, comme des esclaves modernes. Je me suis fait arrêter à Melun en sortant du travail vendredi 31 à 15h30. Je suis déjà allé en centre de rétention, c’était à Vincennes en 2006. Hier tout le monde était content parce qu’on a écrit une lettre à propos de la nourriture pour le chef du centre, tout le monde a signé. On a écrit qu’on pouvait pas manger la nourriture, qu’on est des esclaves modernes et tout et tout... Puis après on a commencé la grève de la faim. Hier, on a pas mangé jusqu’à ce matin, mais cet après-midi tout le monde y est retourné. Ils sont pas solidaires. Y’en a qui ont dit qu’ils avaient faim, que si , que ça... Il y a plein de policiers qui sont rentrés ( dans le réfectoire ) parce qu’il y avait du bruit, ils ont dû croire qu’on se disputait avec les gens qui ne sont pas solidaires. Y’a que la police partout et la justice nulle part, y’a rien, y’a rien, y’a rien... »

2ème personne :

« Tu vois les conditions de vies ne sont pas nickel, ici ça caille, la bouffe n’est pas suffisante ; on peut décrire plein d’autres choses : on est maltraité. Il y a des personnes qui ont leur famille dehors, ils ont leurs enfants. Il y en a un, il a une femme, elle est enceinte, elle est de nationalité française, elle va accoucher d’ici une semaine, il demande juste d’assister à l’accouchement de sa femme, pour faire l’appel à la prière. Dans la religion musulmane, dès que l’enfant naît, le père doit faire la prière à son enfant. Ils n’ont pas voulu. On n’est pas bien ici. Il y a des chinois, des renois, des afghans, …, des tunisiens, des algériens, des marocains, des égyptiens, ya tout ici. Quand vous entrez chez le juge, vous n’avez même pas le droit de parler, bonjour-quinze jours, t’as passé déjà quinze jours, tu retournes le voir, re-bonjour, deuxième quinze jours. Il y a des gens qu’ont des preuves, qu’ils sont là, ça fait 10 ans, 11 ans, 13 ans, ils paient leurs impôts, ils ont leur promesse d’embauche, ils ont tout, ils ont un bail en commun avec leur conjoint, ils ont toutes les preuves. Le feu d’artifice le 31, c’était les voisins du village parce qu’ils savent qu’il y a un centre de rétention là. C’était exprès pour les retenus. Pour les soulager. Ils ont garés leur voiture, pour les clandestins, on a fait la fête. Je vais vous passer un collègue à moi, il est plus âgé que moi, et ça fait quarante ans qu’il est en France, lui, il va bien s’exprimer avec vous. »

3ème personne :

« Sans trop aller loin, je vais essayer de vous dire ce que nous subissons normalement ici au centre de rétention. Déjà, pour des situations qui sont ici, on a fait une requête. Aujourd’hui, on a fait une petite manifestation, parce que les conditions de placement et, en ce qui concerne l’hygiène, elle est totalement désastreuse. C’est pour ça qu’on s’est organisé entre tous les gens qui sont retenus. On a fait une pétition et on a déposé la requête auprès du chef, qui a dit qu’il allait essayer de faire quelque chose, que machin. On a abordé le consul. Il y avait plusieurs sujets qui se sont acheminés. On a commencé déjà sur l’histoire de la répulsion . On n’est pas d’accord sur la façon qu’ils sont en train d’écouter . Il y en a qu’ont des dossiers, ils sont pas bien rédigés, donc ils ( les retenus ) essaient d’y passer le dimanche sur certains dossiers . Ça fait 10 ans que je suis marié, avec une femme ressortissante française, ça fait 10 ans que je suis en France, j’ai un livret de famille en ma possession, l’acte de mariage en ma possession. Mais le problème, c’est qu’il y a aussi des soucis de santé et tout et tout, le problème est que mon état de santé ne me permet pas d’être normalement dans un endroit pareil. Tout ça devrait faire des vices de procédures. Mais il faut aider tous les gens qui sont ici qui subissent ce qu’on appelle l’injustice. On a signé une pétition et on a été reçu au chef. On a apporté les doléances qui concernent l’enfermement et, comment dirais-je, la propreté des locaux, ce n’est pas adapté pour les gens qui sont ici, des gens qui ont certaines pathologies. Vous vous pouvez venir nous visiter là. On a une communauté, on a des amis avec des papiers, ils ne peuvent pas être mariés, avec des enfants, parce que normalement la loi française dit que quand on est marié avec une femme française, normalement, automatiquement, on délivre un titre de régularisation. Les gens au centre de rétention, on est vraiment maltraité ici. Il y a des gens qui ont des problèmes de santé, il n’y a pas d’hygiène ici, on dort dans des locaux où ça pue. Donc ça, on l’a dit chez la capitaine, la chef. On a été reçu à quatre collègues, on a dit ça.
Le problème c’est qu’à l’extérieur, vous ne pouvez pas voir la réalité de tout ce qu’il se passe à l’intérieur. Voilà, ce qu’on est en train de vivre ici, c’est de l’exploitation moderne, ça. Tout est cher ici, le café est cher, c’est pas la loi ça, c’est interdit par la loi. Et puis, à la fin, ils nous font comme des colis, ils nous renvoient dans des pays où ils ont des problèmes graves. Ici, quand vous demandez l’asile, il n’y a que des réponses négatives. Jamais j’ai vu quelqu’un ici obtenir un statut de réfugié. Tout ça n’est pas respecté, ils essaient de bafouer les lois. Ici, on n’est pas en détention, en détention on perd les droits mais ici on est en rétention, donc on a notre droit . Si on sort, on va écrire ça dans les médias, mais à l’heure actuelle, on a un pied à l’extérieur et on a un pied à l’intérieur, c’est pas nous qui décidons. Ils ne font pas valoir nos droits, c’est eux qui décident... c’est l’argent, voilà. »

4ème personne :

« Moi ça fait deux mois que je suis marié avec une française et sur un simple contrôle, à Villeparisis, ils m’ont mis en rétention. Ils ( au tribunal administratif ) m’ont dit que j’allais être reconduit à la frontière. Ils m’ont dit : « Monsieur vous êtes marié avec une femme française mais vous avez pas le droit de rester ici en France ». La préfecture m’a demandé une attestation qui dit que mon passeport est bien valable encore trois mois. Le consulat d’ Algérie m’a délivré cette attestation qui remplace le passeport et quand je le présente au tribunal administratif, ils le refusent. Je n’ai pas compris. En plus de ça, je leur ai dit que si je pars dans le centre ma femme et moi on sera à la rue, puisqu’on a pas payé le loyer depuis quinze jours, depuis que je suis ici. Ma femme est venue et elle a présenté l’original du livret de famille à l’audience. Elle a dit « c’est mon mari, on s’est marié le 4 octobre 2010 à la mairie de Cergy » mais ils voulaient rien savoir, rien entendre. Le juge n’a même pas regardé les papiers que j’ ai fournis. En plus de ça dans le centre de rétention il y a des toilettes insalubres. Il fait -5° et il n’y a pas de chauffage, les couvertures sont sales. La nourriture est dégueulasse même des chiens ne mangeraient pas ça. Tout le monde jette ses plats et ne mange pratiquement rien. C’est abominable, c’est invivable. Y’a des gens qui sont malades, y’en a qui font des crises d’épilepsie. Y’en a un qui a fait une crise d’épilepsie et les policiers ont dit que c’était pas vrai, qu’il faisait semblant. Quand le médecin est arrivé, il a confirmé que c’était une crise d’ épilepsie parce que les policiers ne voulaient pas y croire. Il est parti à l’hôpital de Meaux et ils l’ont ramené ici. Mais maintenant il est dépressif, enfin ils lui donnent des antidépresseurs, il mange des cachets pour dormir. Ça fait dix jours que je le connais, il était normal avant et là c’est devenu pratiquement... un fou ! Il se comporte maintenant comme un malade, il peut pas dormir sans cachets. Des fois, à -2°, il enlève ses pulls, il se met torse-nu et il se met à courir la nuit. Y’a personne qui veut lui donner au moins un médicament, parce que s’il ne prend pas de médicaments il ne peut pas dormir. C’est invivable. Quand je vois des personnes comme ça, j’espère que je vais pas finir comme lui, j’ai peur de finir comme lui. Ça fait deux jours que j’ai pas mangé parce que la bouffe, tu peux même pas la donner à ton chien. On a fait deux pétitions aujourd’hui, hier on a fait une pétition et on a reçu aucune réponse. »

Nous avons appris que cette personne s’est faite expulser le lendemain. Ses co-retenus racontent que les policiers sont venus le chercher à 6h du matin et qu’il a été scotché avant d’être emmené.

fermeturetention@yahoo.fr

Il progetto
Français
English

Interviste e racconti
Africa
Europa
Nord America
Sud America
Australia
Asia

Politiche migratorie e dispositivi di controllo
Interviste e documenti
Cronologia

Immagini e Video
Video
Immagini

Links
scritture migranti
escrituras migrantes
Passaparole Milano

Iscriviti alla Newsletter

Parigi, X arrondissement (febbraio 2006)

Identités d’emprunt/Identità in prestito (Giulia Herzenstein, France, 2010)