Nella stessa rubrica

Statement of the Syrians after the shipwreck to the European Union (Italy, october 2013)

Let’s take this sorrow seriously. Giusi Nicolini, Mayor of Lampedusa, answers the mothers and the families of the Tunisian missing migrants

C’est au sérieux que nous devons prendre cette douleur. Giusi Nicolini, maire de Lampedusa, répond aux mères et familles des migrants tunisiens disparus

Prendiamo sul serio questo dolore. Giusi Nicolini, sindaco di Lampedusa, risponde alle madri e alle famiglie dei migranti tunisini dispersi.

Appello per i migranti tunisini dispersi/نداء من أجل التونسيين المهاجرين المفقودين/Appel pour les migrants tunisiens disparus/Petition for missing Tunisian migrants/Unterstützungsaufruf für die vermissten tunesischen Migranten

"Da una sponda all’altra: vite che contano". Lettera ai ministri degli interni e degli esteri italiani e tunisini/رسالة للوزراء /Lettre aux ministres (Italia, 14 gennaio 2012, italiano/arabo/francese)

Cie 2011. Cronologia delle resistenze (a cura di Martina Tazzioli, Italia, gennaio 2012)

Una lettera da Adama (Italia, 17 dicembre 2011)

Donne italiane e tunisine: lettera alle giornaliste (dicembre 2011)

Per Mor per Modou (appello del Coordinamento Regionale dei Senegalesi in Toscana, Italia, dicembre 2011)

C’est au sérieux que nous devons prendre cette douleur. Giusi Nicolini, maire de Lampedusa, répond aux mères et familles des migrants tunisiens disparus

Lors de l’inauguration du LampedusainFestival , Giusi Nicolini, maire de l’ île de Lampedusa, répond aux mères et familles des migrants tunisiens disparus. Elles l’avaient interpellé dans une vidéo-lettre au début du mois de juillet, en lui demandant de les soutenir dans leur demande d’une Commission d’enquête de l’Ue afin d’établir la vérité sur la sort de leurs enfants.
«Prenons au sérieux cette douleur » est, par contre, le titre du texte par lequel Giusi Nicolini demande aux institutions compétentes de tout faire pour établir la vérité. Au texte, elle joint le dossier concernant la période septembre 2010-septembre 2013 où l’on trouve les informations des jours de départ de leurs enfants et les appels téléphoniques reçus pendant leur voyage. En accord avec Giusi Nicolini nous publions ici sa lettre, le texte et le dossier (en italien).


Dossier migranti tunisini dispersi. Settembre 2010-Settembre 2013
Formato file: PDF
Peso: 221.4 Kb

Mes chères amies

J’ai reçu votre appel et l’ai adressé aux institutions italiennes et européennes pouvant donner une réponse à vos questions.

En tant que maire de Lampedusa, l’île qui sauve la vie à beaucoup de personnes contraintes aux voyages de l’espoir ou qui a pitié des corps restitués par la mer, je me sens le devoir d’accueillir votre demande de vérité et de vous accorder ma petite aide, petite comme petite est mon île et ma voix.

Grandes, c’est vous qui l’êtes, votre douleur et votre ténacité, votre force qui refusent le silence et la résignation, votre voix.

J’espère pouvoir vous accompagner encore et être votre sœur dans ce cheminement

Je vous embrasse

Giusi Nicolini

C’est au sérieux que nous devons prendre cette douleur.

Pourquoi la douleur des femmes tunisiennes ne devrait pas faire l’objet de notre compassion? Le silence ne peut pas apaiser cette douleur, ni stopper la recherche de vérité, ni empêcher leur lutte, ni la rendre vaine. La vérité, même dramatique, peut soulager qui a vu partir et disparaître son enfant, son mari, son frère. Le silence est la seule réponse que nous ne pouvons pas nous permettre.

Sans nos lois, nos conventions internationales, sans les accords entre les Pays frontaliers, sans nos choix politiques, ces hommes, ces jeunes, ne seraient jamais monté sur un « bateau de l’espoir».

Considérer les naufrages et les victimes uniquement comme une conséquence de la criminalité qui organise la traite des êtres humains, sans reconnaitre que ce trafic existe parce qu’il y a des personnes auxquelles nous n’avons pas reconnu le droit de circuler librement au-delà des frontières ; c’est un prétexte plus fragile que le silence et l’indifférence. Ce mur du silence face à leur demande de vérité ne peut masquer les responsabilités effectives des choix politiques qui empêchent cette liberté de mouvement.

Sans la lutte de ces femmes, ces hommes disparus dans le néant n’auraient jamais existé pour nous.

A ces femmes, je le crois, il faut donner une réponse, parce que, grâce à elles, ces hommes n’ont pas cessé d’exister.

Par conséquence, en joignant ici le dossier que les mères et les familles des migrants tunisiens disparus m’ont envoyé, avec les informations des jours de départ de leurs enfants et les appels téléphoniques durant leur voyage, pour la période de septembre 2010 à septembre 2013, je demande :

-  Au Président de la Commission spéciale pour la protection et la promotion des droits de l’homme du Sénat de la République, Monsieur Luigi Manconi, de s’engager pour l’ouverture d’une enquête sur ces événements et la mise en œuvre d’examens sur les corps retrouvés dans les jours suivant les dates de départ mentionnées dans le dossier, afin que l’on puisse comparer leurs prélèvements ADN avec ceux de leurs parents en Tunisie.

-  Au Ministre de l’Intérieur, Monsieur Angelino Alfano, et au Ministre des Affaires étrangères, Madame Emma Bonino, d’examiner les images de surveillance réalisées sur cette zone de la Méditerranée et les mouvements de bateaux civils et militaires dans le Canal de Sicile les jours de départ des migrants tunisiens disparus, avec une attention particulière à d’éventuels repérages, ayant nécessité ou pas une action de secours.

-  A’ l’Union européenne l’ouverture d’une enquête, comme demandé dès mars dernier à cette institution par les mères et les familles des migrants tunisiens disparus, et de communiquer les activités de l’agence Frontex dans les eaux nationales et internationales pour la période correspondant aux dates indiquées dans le dossier.

Giusi Nicoli, Maire de Lampedusa et Linosa

Il progetto
Français
English

Interviste e racconti
Africa
Europa
Nord America
Sud America
Australia
Asia

Politiche migratorie e dispositivi di controllo
Interviste e documenti
Cronologia

Immagini e Video
Video
Immagini

Links
scritture migranti
escrituras migrantes
Passaparole Milano

Iscriviti alla Newsletter

Sovereto: centro di seconda accoglienza (2007)

Prigioni libiche (interviste raccolte nel Centro di detenzione di Lampedusa) (2007)

Migranti e capitali a oriente del Nordest (2001-2002)

Gruppo Richiedenti Asilo Roma, 2008

Boat Migration to Italy (2007)

In altre parole

Forme di auto-organizzazione, Venezia-Treviso, Italia, 2002-2004

Corelli: diario di una rivolta (luglio 2008)

Che ci faccio io qui? Storie di donne migranti, Roma 2007 (a cura di Asinitas Onlus)

Castel Volturno

Testimonianze dai Cpt (interviste di Marco Rovelli, Italia 2005)

Io non sono un ladro di fiori, io stesso mi son fatto rosa (dal taccuino di Zaher Rezai, dicembre 2008)

Donne dall’est Europa (interviste di Laura Lobina, Italia 2006)

“Veli svelati”. Soggettività del velo islamico (Interviste di Donatella Romanelli, Italia 2007)

Tunisia Ventimiglia (Italia, interviste audio, 9 aprile 2011)

Mentone Ventimiglia: siamo tutti clandestini. Teatri dell’immedesimazione (Italia, aprile 2011)

Esistenze sospese e resistenze al CARA di Mineo (Italia, gennaio 2012, a cura di Glenda Garelli e Martina Tazzioli)